Pots de miel

Des fleurs  pots de miel

 

Quelle est l’histoire de ce pots de miel?

Le miel: un aliment 100 % naturel suivez son parcours jusqu’à vous.

C’est un des rares produits naturels et vivants où l’homme n’intervient pas dans la fabrication. Le miel est consommé depuis 7000 ans avant J-C. Présent dans le delta du Nil et à Sumer, le miel jouait le rôle du sucre.
En plus de sa consommation comme aliment ou condiment, il a été utilisé pour soigner, embellir la peau et embaumer les morts chez les Égyptiens. Durant la première et la Seconde Guerre mondiale, on l’utilisait pour accélérer la cicatrisation des plaies des soldats. Il a également été utilisé pour confire les fruits et les légumes en l’associant au vinaigre et à la moutarde, mais aussi à adoucir les mets. À partir du Moyen Âge en Chine, puis en Europe, il sert à la fabrication du pain d’épices. Lors des jeux olympiques antiques, les athlètes buvaient de l’eau miellée pour retrouver rapidement leurs forces. Il a servi aussi pour la fabrication de l’hydromel (eau+miel): par fermentation des levures présentes dans ledit miel, apparition de la boisson alcoolisée.

Le scientifique Heinrich a mesuré le volume de travail effectué par les abeilles butineuses. Ainsi, pour produire un pot de 500 grammes de miel, les abeilles doivent effectuer plus de 17 000 voyages, visiter 8 700 000 fleurs, le tout représentant plus de 7 000 heures de travail.

Comment les abeilles fabriquent le miel ?

Tout d’abord, les ouvrières vont récolter du nectar qui est un liquide sucré qui se trouve dans les fleurs.Une fois posée sur une fleur, l’abeille en écarte les pétales, plonge sa tête à l’intérieur, allonge sa trompe et aspire le nectar qu’elle met dans son jabot.
Elles le rapportent à la ruche et le donnent à d’autres ouvrières par trophallaxie, c’est-à-dire en se le passant de bouche à bouche. Celles-ci le font alors transiter plusieurs fois entre leur bouche et leur jabot puis le passent à d’autres ouvrières et ainsi de suite. Après avoir été mélangé avec la salive de beaucoup d’abeilles, le nectar, qui est déjà transformé est déposé dans un alvéole, ces sortes de case de cire qui constituent les rayons de la ruche. Là, avec la chaleur, le miel sèche un peu (l’eau s’évapore) et quand il est juste comme il faut les abeilles referment l’alvéole. Elles viendront chercher ce miel lorsqu’elles en auront besoin pour nourrir leurs larves, pour se nourrir en hiver ou lorsque le temps les empêche de sortir.

La récolte du miel

 

La récolte du miel est à réaliser avec minutie afin de garantir la sécurité de l’apiculture et l’équilibre au sein de la ruche.

Pendant la période de la récolte du miel, l’apiculteur doit faire preuve de prudence et veiller à sa sécurité.

Lors de la récolte, il y a du travail au rucher, et ensuite dans le local appelé miellerie.

Le travail au rucher

La récolte se fait quand le miel est arrivé à maturité, lorsque la proportion en eau dans le miel est proche des 18 %.

Elle s’effectue une à plusieurs fois dans l’année et par ruche, tout dépend du miel que l’apiculteur souhaite obtenir, « toutes fleurs » ou « monofloral ».

La récolte se fait :

  • à la fin de la phase d’operculation, qui en est le signe,
  • par beau temps, en fin de journée, sauf le cas d’un grand rucher.

À noter : au moment de la récolte, il est nécessaire de laisser aux abeilles assez d’aliments pour assurer leur survie, l’apiculteur responsable ne récolte que le miel situé dans les hausses.

On décolle les hausses pleines de leurs corps de ruches, on en chasse les abeilles, et ensuite on les charge dans un véhicule pour le amener à la miellerie. Chaque hausse pèse environ 30 kg, tout compris. Quelques abeilles volent encore au-dessus des hausses, elles finiront par rejoindre leur ruche.

Le travail à la miellerie

Les hausses arrivent en miellerie.

Je vais pouvoir extraire le miel de chaque cadre, un par un, dans l’extracteur, après passage sur le bac à désoperculer.

On retire donc d’abord 1 cadre de la hausse, ce qui permet de mieux voir les autres cadres.

Les alvéoles sont pleines, recouvertes d’une opercule de cire. C’est un petit bouchon très fin, que les abeilles posent une fois leur miel « séché », afin qu’il ne soit pas à l’air libre, et se conserve sans problèmes.

Le cadre arrive donc sur le bac à désoperculer, pour lui retirer ses opercules à l’aide d’un couteau spécial à grande lame tranchante ou à l’aide d’un peigne à désoperculer.

Les opercules des alvéoles sont tombées sur le tamis, et vont s’égoutter doucement.

Du miel est donc aussi récupéré, par un robinet sous le bac.

Les cadres désoperculés sont placés un à un dans un extracteur,et on fait tourner l’extracteur, d’abord lentement, et de plus en plus vite. Le miel est alors projeté sur la paroi extérieur de l’extracteur et coule jusqu’au fond . A ce stade, le miel contient beaucoup de brèches de cire, opercules, grains de pollen,….

Le miel est ensuite transvasé dans des maturateurs, après passage dans des tamis à mailles de 2 mm et 0,7 mm pour être filtré. Le passage dans le maturateur permet aux dernières impuretés et aux micros bulles d’air de remonter à la surface.Après plusieurs jours de décantations dans les maturateurs, le miel en ressort clair et peut être conditionné après avoir vérifié son taux d’humidité garant d’une bonne conservation.

Avant le conditionnement on peut aussi mélanger régulièrement le miel afin d’obtenir un miel crémeux.

Comment conserver votre pots de miel ?

Bonne dégustation et que ce miel ravit vos papilles